Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 12:06




Les sept prophétesses
La spiritualité n’est pas incompatible avec l’exercice médical. Pour preuve, l’ouvrage de notre consœur, exégète de confession catholique et qui enseigne depuis de nombreuses années la portée de la Torah. Qui sont ces sept prophétesses qui ont une place importante dans l’histoire des Hébreux ?

 

-Sarah la princesse,

-Myriam la sœur de Moïse,

-Déborah du livre des Juges,

-Hannah,

-Abigayil,

-Houldah,

-Esther la reine.

 

--------------------------------------------------------

Myriam la soeur de Moîse

 


 

 

 

 

 

 

 

Ce que dit le rabbin Jacques Kohn

Miryam : Le titre de “prophétesse” conféré à Miryam résulte du texte même de la Tora ( Chemoth 15, 20) : “Miryam, “la prophétesse”, sœur de Aaron, prit en main un tambourin…” En quoi a consisté son don prophétique ? se demande-t-on dans Meguila 14a. En ce qu’elle avait prédit la naissance d’un frère qui sauverait Israël. D’où sa désignation comme “sœur de Aaron”, et non comme “sœur de Moïse” : Lorsqu’elle a prophétisé, elle n’avait qu’un frère, Aaron.
La Guemara ajoute : Miryam, qui était une prophétesse, a annoncé : “Ma mère donnera le jour à un fils qui sera le sauveur d’Israël !” A la naissance de Moïse, toute la maison s’est emplie de lumière. Son père lui a alors dit : “Ma fille, ta prédiction s’est réalisée !” Mais lorsque Moïse a été jeté dans le fleuve, il lui a demandé : “Ma fille, qu’est devenue ta prophétie ?” C’est ce que signifient les mots : “Sa sœur se tint à distance, pour savoir ce qui s’accomplirait” ( Chemoth Sota 13a). 

---------------------------------------------------------

 

Sarah

 

Dans l'ancien testament Sarah est la femme d'Abraham et la mère d'Isaac. Elle est appelée aussi "princesse", car par le mensonge d'Abraham ,Sarah fut la compagne de Pharaon. Une fois "découverte", Pharaon l'indemnise en lui offrant un none. Le Fayoum et le lac font parti de ce none.Dans les interprétations du NT il est dit que ce none et le lieu où la Sainte famille trouva refuge lors de la fuite en Egypte.

 

Genèse XI -

11 Quand il fut sur le point d'arriver en Égypte, il dit à Saraï son épouse: "Certes, je sais que tu es une femme au gracieux visage.

12 Il arrivera que, lorsque les Égyptiens te verront, ils diront: ‘C'est sa femme’; et ils me tueront, et ils te conserveront la vie.

13 Dis, je te prie, que tu es ma soeur; et je serai heureux par toi, car j'aurai, grâce à toi, la vie sauve."

14 En effet, lorsqu’Abram fut arrivé en Égypte, les Égyptiens remarquèrent que cette femme était extrêmement belle;

15 puis les officiers de Pharaon la virent et la vantèrent à Pharaon et cette femme fut enlevée pour le palais de Pharaon.

 

Tant que cela tenait, Abraham eut du bétail, des escalves,des anes et des chameaux, bref il devint riche.....grâce à sa femme.

 

Selon la tradition s'est Sarah qui sauva Avram (futur Abraham) de la fournaise en faisant tombé du ciel une "pluie" de Poisson

  --------------------------------------

 

Il existe aussi une autre Sara, qui fait partie de la tradition chrétienne.

Il s'agit de Sara la "servante" a la peau noire, ce qui a fait penset à Sara e Kali ,la vierge noire des Gitans et des Roms....Plus connue comme Sarah des Saintes Maries de la mer, fêtée le 25 Mai...

--------------------------------------------------------

  Ce que dit le rabbin Jacques Kohn:

 

Sara : Lorsque, après la naissance d’Isaac, Sara constata qu’Ismaël se moquait de son enfant, elle demanda à Abraham de le renvoyer avec sa mère. Pour vaincre les hésitations de celui-ci, qui répugnait à un geste aussi impitoyable, Hachem lui dit : “Tout ce que te dira Sara, écoute sa voix !” ( Berèchith 21, 12).

Pourquoi “sa voix” ? se demandent les commentateurs. N’aurait-il pas suffi de dire, tout simplement : “Ecoute-la !” ? C’est que, répondent-ils, le mot “voix” (
qol en hébreu) comporte une connotation de prophétie comme étant synonyme de roua‘h haqodech (« esprit saint ») (Voir Rachi sous Berèchith 21, 12). Sara était donc une prophétesse. Et qu’a-t-elle prophétisé ? Elle a deviné, mieux que l’aurait fait son mari, tout le mal que pourrait causer Ismaël à Isaac si les deux frères devaient grandir ensemble.

Si nous nous interrogeons sur la nature du message prophétique transmis par Sara, force est de constater qu’il ne s’agit ni d’une prédiction, ni d’une remontrance, et encore moins d’un miracle. La vision prophétique que Sara a transmise était constituée, en réalité, d’une clairvoyance poussée à l’extrême. Comme mère de l’enfant dont elle pressentait qu’il deviendrait l’objet de la promesse de Hachem à Abraham, elle a exprimé, en le dissimulant sous les apparences superficielles d’une jalousie maternelle, l’intuition du destin exceptionnel auquel allait accéder Isaac.

 

 

 

 

----------------------------------------------------

 

 

 

Déborah

 

 

 

Déborah:דְּבוֹרָה(hébreu) veut dire "abeille". Elle est la seule femme mentionnée dans la Bible comme faisant parti des Juges d'Israêl. Elle gouverna Israël.

 

Livre des Juges chap.IV.

 

4 Or Débora, une prophétesse, femme de Lappidoth, gouvernait Israël à cette époque.

5 Elle siégeait au pied du "Palmier de Débora", entre Rama et Béthel, dans la montagne d’Ephraïm; et c’est à elle que les Israélites s’adressaient pour obtenir justice.

 

Livre des Juges chap.V

 

1 Ce même jour, Débora et Barak, fils d’Abinoam, chantèrent ce cantique:

2 Quand l’anarchie régnait en Israël, une poignée d’hommes s’est dévouée: rendez-en grâce à l’Eternel!

3 Ecoutez, rois; princes, prêtez l’oreille: je veux, je veux chanter le Seigneur, célébrer l’Eternel, Dieu d’Israël.

 

 

7 Plus de ville ouverte en Israël, plus aucune, quand enfin je me suis levée, moi Débora, levée comme une mère au milieu d’Israël.

8 Il avait adopté des dieux nouveaux, dès lors la guerre est à ses portes; et l’on voyait à peine un bouclier, une lance, entre quarante milliers d’Israël.

9 Mon cœur est à vous, maîtres d’Israël, qui vous êtes dévoués au milieu du peuple, rendez grâce à l’Eternel!

 

 

12 Debout, debout, Débora! Eveille-toi, éveille-toi, chante l’hymne! Alerte, ô Barak! Fils d’Abinoam, emmène ta capture!

 

Débora, qui est non  seulement  prophétesse mais aussi stratège de guerre, poétesse et juge, doit convaincre le chef de l'armée Baraq qu’il est temps de partir en guerre contre l’oppresseur (Jg 4). Mais Baraq n’accepte que si elle l’assure de sa présence tout au long des opérations. Ce manque de confiance en la parole de Dieu transmise par la prophétesse sera sanctionné par le pire qui puisse arriver à un vaillant guerrier comme Baraq : son ennemi sera vaincu, certes, mais pas par lui; il tombera aux mains d’une femme…Et la prophétie de Débora se réalisera grâce à Yael.

 

Impressionnante cette femme qui gouverne, juge, fait la guerre, et pratique le sacerdoce.

Ce qui veut dire qu'il fut une époque où il existait un sacerdoce féminin ,éduqué dans la Torah, sinon Déborah n'aurait pu faire tout cela....

 

 

 

 

 

------------------------------------

Hannah

 

Hannah est Anne la femme stérile ,qui sera la mère du prophète Samuel grâce à la volonté de Dieu

Voir ici l'article sur Anne


Hannah est aussi la femme qui verra ses enfants se sacrifié pour la liberté d'Isaraël au temps des Maccabées.

 

Ce qu'en dit le rabbin Jacques Kohn

Hanna : ‘Hanna présente la particularité unique d’avoir été à la fois femme et mère de prophètes. Son mari, Elqana, était en effet lui-même prophète ( Rachi ad ‘Erouvin 18b, s.v. Elqana ) et c’est lui qui, en tant qu’“homme de Hachem ” (I Samuel 2, 27) est venu annoncer au Grand prêtre ‘Eli la destitution de sa famille de ses fonctions sacerdotales ( Radaq ad loc. ). Quant à son fils Samuel, il fait partie des quarante-huit prophètes répertoriés par la tradition ( Rachi ad Meguila 14a). La prophétie de ‘Hanna s’exprime, avec une émotion touchante, dans la prière qu’elle a adressée à Hachem après la naissance de son fils tant désiré (I Samuel 2, 1 à 10 – voir aussi Berakhoth 31b et suivants).

 

 

----------------------------------

Abigayil


Dans la Bible, Abigaïl (אֲבִיגָיִל - la joie de son père) est la femme de Nabal, un riche marchand. Elle serait ensuite devenue la seconde épouse de David avec qui elle partagera ses nombreuses errances.

Abigaïl est aussi le nom de la sœur de David.

 

 

ce qu'en dit le rabbin Jacques Kohn

Avigaïl : Présentée par le Midrach comme l’une des plus belles femmes de l’histoire, Avigaïl est devenue la veuve de Nabal le Carmélite, un individu particulièrement antipathique, dans des circonstances que relate avec force détails le chapitre 25 du premier livre de Samuel. Elle a par la suite épousé David, alors qu’il était encore pourchassé par Saül. Elle a été traversée par l’esprit saint, rapporte le Midrach ( Eikha rabba 21, 1), lorsqu’elle tint à celui qui allait devenir son deuxième mari ces propos prémonitoires :
Si l’on s’avisait de t’attaquer et d’en vouloir à ta vie, l’existence de mon seigneur restera liée au faisceau des vivants que protège Hachem , ton Dieu. Quant aux âmes de tes ennemis, Il les atteindra comme par le creux d’une fronde” (I Samuel 25, 29).

 

------------------------------

Houldah


  Sous le règne de Josias, roi de Juda (640-609 av. J.C.), on découvre le livre de la Loi dans le Temple. A la suite de cette découverte, le roi ordonne d'aller "consulter le Seigneur".

 

 

Qui est Houlda ? Nous faisons sa connaissance dans le deuxième Livre des Rois, 22, 14-20 :

 
14 Hilkiyyahou, le pontife, Ahikam, Akhbor, Chafan et Assaya se rendirent auprès de la prophétesse Houlda, femme du gardien des vêtements, Challoum, fils de Tikva, fils de Harhas; elle demeurait à Jérusalem dans le deuxième quartier. Quand ils lui eurent parlé,
15 elle leur répliqua: "Voici ce qu'a dit l'Eternel, Dieu d'Israël: Annoncez à l'homme qui vous a envoyés auprès de moi
16 Ainsi a parlé l'Eternel: Je vais amener le malheur sur cette contrée et ses habitants, toutes les choses prédites dans le livre qu'a lu le roi de Juda,
17 parce qu'ils m'ont abandonné et ont offert l'encens à des dieux étrangers, m'irritant par toutes les œuvres de leurs mains; aussi ma colère s'est-elle allumée contre cette contrée, pour ne plus s'éteindre.
18 Quant au roi de Juda qui vous envoie pour consulter l'Eternel, voici ce que vous lui direz: Ainsi a parlé l'Eternel, Dieu d'Israël, au sujet de ce que tu viens d'entendre:
19 Puisque ton cœur s'est attendri, et que tu t'es humilié devant l'Eternel en entendant que j'ai décrété la désolation et la malédiction contre cette contrée et ses habitants, puisque tu as déchiré tes vêtements et versé des larmes devant moi, de mon côté, je t'ai exaucé, dit l'Eternel.
20 Je te réunirai donc à tes ancêtres, tu iras les rejoindre en paix dans la tombe, et tes yeux ne verront pas les malheurs que je déchaînerai sur cette contrée." Ils rendirent compte de leur mission au roi.


Livre II des Chroniques chap.34, 22-28

 

 
21 "Allez consulter l’Eternel pour moi et pour le reste d’Israël et de Juda au sujet du livre qu’on vient de trouver, car grande est la colère de l’Eternel allumée contre nous, parce que nos ancêtres n’ont pas observé la parole de l’Eternel en se conformant à tout ce qui est écrit dans ce livre."
22 Hilkiyyahou et ceux [qu’avait désignés] le roi se rendirent auprès de la prophétesse Houlda, femme du gardien des vêtements, Challoum, fils de Tokehat, fils de Hasra. Elle demeurait à Jérusalem, dans le deuxième quartier. Ils lui parlèrent dans ce sens.
23 Elle leur répliqua: "Voici ce qu’a dit l’Eternel, Dieu d’Israël: Annoncez à l’homme qui vous a envoyés auprès de moi:
24 Ainsi a parlé l’Eternel: Je vais amener le malheur sur cette contrée et ses habitants, toutes les malédictions inscrites dans le livre qu’on a lu devant le roi de Juda,
25 parce qu’ils m’ont abandonné et ont offert l’encens à des dieux étrangers, m’irritant par toutes les œuvres de leurs mains; aussi ma colère s’est-elle répandue sur cette contrée, pour ne plus s’éteindre.
26 Quant au roi de Juda, qui vous envoie pour consulter l’Eternel, voici ce que vous lui direz: Ainsi a parlé l’Eternel, Dieu d’Israël, au sujet de ce que tu viens d’entendre:
27 Puisque ton cœur s’est attendri et que tu t’es humilié devant Dieu en entendant ses paroles touchant cette contrée et ses habitants, puisque tu t’es humilié devant moi, que tu as déchiré tes vêtements et versé des larmes, de mon côté, je t’ai exaucé, dit l’Eternel.
28 Je te réunirai donc à tes ancêtres, tu iras les rejoindre en paix dans la tombe et tes yeux ne verront rien des malheurs que je déchaînerai sur cette contrée et sur ses habitants." Ils rendirent compte de leur mission au roi.

 

IL y a une tradition qui dit qu'Ezéchiel "aime" Houlda .......mais cette tradition relève de symboles sémiotiques . Houlda est mariée au gardien des vétements Challoum.

 

Qui peut croire les paroles d’une femme ? Il faut être les partisans du  grand roi Josias, engagés dans une importante lutte idéologique pour oser  confier à Houlda la tâche de légitimer les réformes.

 

La prophétesse Houlda joue en effet un rôle tout à fait particulier au moment de la réforme de Josias. Elle prophétise le malheur de l’exil sur Jérusalem et la mort de Josias qui ne verra pas ce malheur, et elle ne fait qu’une brève apparition en 2 Rois 22. Mais c’est elle qui va donner  autorité et légitimité au document qui semble être une première forme du Deutéronome, c’est-à-dire le cœur du texte qui sert de crédo au mouvement deutéronomiste qui soutient la réforme de Josias.

Il n’est donc pas si simple d’être prophétesse et cette question de croire ou ne pas croire aux paroles des femmes qui ont un message à transmettre de la part de Dieu ne s’arrête pas là, elle traverse Ancien et Nouveau Testament.

 

 

 

Houlda fait vraiment partie de la lignée des prophètes bibliques choisis par Yahvé qui ne craignent pas de dénoncer de façon véhémente les fautes commises contre la Loi et qui exaltent la bonne conduite de ceux et celles qui la respectent

 

Ce qu'en dit le rabbin Jacques Kohn

 

Houlda : Epouse de Challoum ben Tiqwa, « gardien des vêtements » du roi Josias, elle est la seule prophétesse de l’époque de la monarchie davidique (II Rois 22, 14 à 20). Consultée par le monarque au sujet du rouleau de la Tora découvert lors de la restauration du Temple, elle annonce les malheurs qui s’abattront sur le Royaume de Juda et sur ses habitants, précisant toutefois que l’exécution de ce jugement sera ajournée jusqu’à la mort de Josias compte tenu de son repentir.

Si le souverain a ainsi consulté
‘Houlda et non Jérémie, explique la Guemara Meguila (14a), c’est parce qu’il pressentait qu’une femme se montrerait plus compatissante et plus disposée à intercéder auprès de Hachem . Et comme Jérémie était apparenté à la prophétesse, étant tous deux des descendants de Josué et de Ra‘hav ( Meguila Ruth rabba 2), il ne redoutait pas qu’il pût s’en froisser. Lorsque Jérémie a admonesté les hommes et les a incités à la repentance, elle a fait de même auprès des femmes ( Pessiqta rabbathi 26, 129).
14b ;
C’est en récompense des éminentes qualités de son mari, qui se rendait chaque jour hors des murailles de Jérusalem pour offrir aux voyageurs de quoi se désaltérer, que ‘Houlda a accédé à la prophétie. Elle tiendrait toutefois son nom peu élégant ( ‘houlda signifie en hébreu : « belette ») du dédain avec lequel elle a traité le roi, en l’appelant, dans sa réponse (II Rois 22, 15), « l’homme » et non : « Sa Majesté ».
 

 

 

Source bible hébreu/français sur le site

http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft09b22.htm

http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft25b34.htm

 

 

 


-------------------------------------

 

Esther la reine

 

Son histoire est racontée dans le Livre d'Esther.

 

La rédaction du livre d'Esther est traditionnellement attribuée à Esdras, auteur présumé des textes de loi qui donnèrent à la communauté juive de Jérusalem sa cohésion religieuse et nationale. Flavius Josèphe et Clément d'AlexandrieEsdras, auteur présumé des textes de loi qui donnèrent à la communauté juive de Jérusalem sa cohésion religieuse et nationale. Flavius Josèphe et Clément d'Alexandrie soutiennent cette attribution, et le personnage ayant vécu en Perse. Cependant, l'œuvre reste anonyme et la date de sa rédaction est discutée. soutiennent cette attribution, le personnage ayant vécu en Perse. Cependant, l'œuvre reste anonyme et la date de sa rédaction est discutée.La rédaction du livre d'Esther est traditionnellement attribuée à

 

Résumé:

Les chapitres 1 et 2 racontent comment Esther, cousine et fille adoptive d'un Judéen appelé Mardochée, fut choisie comme reine de Perse à cause de sa beauté.

 

Le chapitre 3 expose comment Haman, fonctionnaire principal à la cour du roi, offensé par le comportement de Mardochée, obtint un décret pour mettre à mort la diaspora judéenne de l'empire.

 

Les chapitres 4 à 10 racontent comment Esther révéla son appartenance ethnique au roi et, avec son cousin, obtint les pleins pouvoirs contre leurs ennemis et leur extermination.

 

  ce qu'en dit le rabbin Jacques Kohn


Esther : L’accession d’Esther au rang de prophétesse se déduit du verset : “Ce fut le troisième jour, Esther revêtit la royauté” ( Esther 5, 1), à propos duquel la Guemara ( Meguila 14b) fait observer qu’il aurait dû être écrit : “Esther revêtit ‘des habits’ de royauté”, et non simplement “la royauté”. Cela signifie, enseigne-t-elle, que c’est l’esprit saint ( roua‘h haqodech ) qui l’a habillée.
Un autre indice des certitudes prophétiques d’Esther est fourni par le Séder ‘olam , cité par rabbi Baroukh Epstein ( Tora Temima sous Esther 5, 1). Il est écrit : “Esther, la reine, fille de Avi‘hayil écrivit…” ( Esther 9, 29). Or, ce qu’elle a écrit, c’est le livre qui porte son nom et qui a été enregistré dans le canon biblique. Il faut par conséquent qu’elle ait été investie de l’esprit saint, puisque seuls des auteurs porteurs de cette inspiration prophétique ont eu l’honneur de figurer dans ce canon.

A noter également le titre de “prophétesse” ( nevia ) conféré par Isaïe à son épouse (Isaïe 8, 3). Faut-il le prendre au pied de la lettre, ou n’était-ce qu’un terme d’affection dans la bouche de son mari ? Les commentateurs sont en désaccord à ce sujet ( Rachi ad Isaïe 7, 14 ; en sens contraire : Radaq ad 8, 3).

 


Bibliographie:

Les sept prophétesses, de Marie Vidal. Éd. Cosmogone, 

http://www.alliancefr.com/judaisme/cyberthora/duvshani/femme.html

Wikipedia.org

http://www.laprocure.com/livres/marie-vidal/les-sept-prophetesses_9782914238687.html

http://www.pointkt.org/index.php?option=com_content&view=article&id=565:des-femmes-messageres&catid=18:articles&Itemid=35

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbara de Toulouse - dans Les femmes du Judaïsme
commenter cet article

commentaires

Bernard Lachapelle 11/02/2017 00:14

Merci , je dois tout de même mettre un bémol à votre citation , la raison en est que rien dans les textes juifs on trouve trace de cette citation . Malheureusement ou pas ... Celui que la tradition "chrétienne" nomme Syméon , est en fait Simon I Ben Gamaliel , architecte du temple d'Hérode et surnommé Kaiaphas , parce que justement il maniait la "pierre"... Son père Gamaliel l'Ancien fut le "président" du Sanhédrin à partir de 30 à 50 ... je vous laisse faire vos déductions ... par rapport au procès fait à "Jésus". On ne peut pas , par exemple dire que Gamaliel l'Ancien est pu être à la fois le "disciple" et le" bourreau" du Christ .On est bien d'accord ?! Shammaï le prédécesseur de Gamaliel au sanhédrin n'a jamais été cité dans les évangiles ...et il ne s'appelait pas non plus Shimon ou Simon ou Syméon ... Bonne réflexion .... Barbara

Bernard LACHAPELLE 03/02/2017 14:13

Bonjour, Barbara,

Merci pour ce travail très intéressant. Aurait été bienvenue pourtant une mention sur Anne la prophétesse qui proclama, avec le vieillard Syméon, à l'occasion de la Présentation de Jésus au Temple de Jérusalem, qu'Il était la « Lumière pour éclairer les nations ».

Je vais relire votre texte pour bien m'en imprégner.

Bien à vous et bonne journée.
BL

Béatrice 20/09/2016 14:20

Bonjour Barbara,
je viens de découvrir votre site, et je suis surprise de son contenu, car il n'est pas habituel, et par l'intérêt qu'il m'a suscité. J'habite toulouse... je ferai mieux connaissance avec votre site, et si j'ai des questions je vous en ferai part. Merci

Présentation

  • : Le blog de Barbara de Toulouse
  • Le blog de Barbara de Toulouse
  • : Réflexions sur le début du christianisme et du judaïsme rabbinique .Tout n'est pas fait de dogmes mais aussi de faits historiques et c'est cela qui m'intéresse. Le côté humain de la "chose". Les chrétiens ne connaissent rien sur l'histoire de leur religion et encore moins sur le berceau .Deux communautés issues d'une même "famille",qui se sont ignorées, voire combattue pendant des siècles, à coup de pogroms, de bûchers et d'anathèmes et pourtant elles sont "soeurs"......
  • Contact

Recherche

Liens